Fiscalité Création Société
 

Fiscalité Création Société

Imposition sur les résultats de l’exercice

Deux principaux types d’imposition s’appliquent aux sociétés : l’impôt sur le résultat de l’exercice et la tva. Le dirigeant est tenu de transmettre les déclarations et leurs règlements dans les délais impartis.

Selon leur forme juridique et leur choix, le cas échéant, une entreprise est soumise à l’impôt sur les sociétés (IS) ou à l’impôt sur le revenu (IR).

La démarche à suivre est la suivante :

Elle se situe au plus tard le 31 décembre de l’année civile suivant l’année de création.

En cas de clôture d’un seul exercice comptable sur l’année d’imposition n, le résultat imposé au titre de n est le résultat de l’exercice clos en n et ce, quelle que soit la date de clôture (31/12 ou autre date) et la durée de l’exercice (plus ou moins de 12 mois),
En cas de clôture de plusieurs exercices comptables sur l’année d’imposition n, la société déclare au titre de n autant de résultats fiscaux qu’elle arrête d’exercices en n.

En l’absence d’exercice clôturé au plus tard le 31 décembre de la première année d’activité, l’impôt est établi sur le bénéfice de la période écoulée depuis le premier jour d’activité jusqu’à :

En l’absence d’exercice clos, il n’y a donc pas de déclaration provisoire à déposer par la société nouvelle relevant de l’IS pour l’année de création.

La TVA

Les démarches concernant la TVA dépendent de l’activité et du niveau de chiffre d’affaires de l’entreprise : le régime réel d’imposition ou le régime simplifié.

Les déclarations comme le paiement de la TVA se font au service des impôts des entreprises mais des différences existent en ce qui concerne la périodicité de la déclaration à effectuer et les dates limites de dépôt.

Le dépôt de déclaration doit être fait avant le 30 avril de chaque année dans le cas où l’exercice correspond à l’année civile, sinon dans les 3 mois après la fin de l’exercice.

Dans certains cas, il est possible d’opter pour une déclaration trimestrielle. Les régimes simplifiés déclarent annuellement mais ils ont à verser deux acomptes de TVA semestriels en juillet et décembre. Ils sont toutefois dispensés du paiement des 2 acomptes lorsque la TVA due pour l’année ou l’exercice précédent est inférieure à 1 000 € (avant déduction de la tva relative aux biens constituant des immobilisations). En pratique, le montant de TVA qui sert de référence est celui qui figure à la ligne n° 57 de la dernière déclaration CA12 ou CA12E.

Vous souhaitez en savoir plus sur la comptabilité ?

 

Tous nos articles

Fiscalité

Impôt à la source : que doivent gérer les entreprises pour leurs salariés

Lire la suite
Fiscalité

Les obligations fiscales à accomplir à l'issue de la première année d'exercice de l'entreprise

Lire la suite
Fiscalité

Réduction du taux de l'impôt sur les sociétés pour les PME

Lire la suite