Le métier d'expert-comptableLe métier d’expert-comptable comporte des missions multiples : des comptes annuels au conseil en gestion et en droit (fiscal, social, des affaires…), ce qui fait de lui un très précieux conseiller pour les chefs d’entreprise.

Le détail des missions d’un expert-comptable

Un expert-comptable c’est un polyvalent à triple casquette :

• Comme le nom de son métier l’indique, il a tout d’abord des missions en matière de comptabilité (établissement et consolidation des comptes annuels), dans le strict respect des recommandations du Conseil de l’ordre des experts-comptables auquel il a prêté serment ;
• Il a également une mission d’opinion sur les comptes dont il doit attester, après examen, de la régularité et de la sincérité ;
• Enfin, un expert-comptable est un conseiller, tant en matière d’organisation générale, administrative et comptable, qu’en matière juridique, fiscale et sociale, ou encore de systèmes informatiques spécifiques et de relations avec les partenaires financiers extérieurs…

Evidemment, le travail d’un expert-comptable n’est pas le même selon qu’il travail dans une petite structure, et donc bien souvent seul, ou dans une entreprise plus conséquente dans laquelle il peut s’appuyer sur les compétences de juristes, fiscalistes, informaticiens, etc.
Par ailleurs, le métier d’expert-comptable diffère selon la spécialisation qu’il aura choisie. Il peut en effet exercer :
– dans un cabinet, comme salarié ou en qualité d’associé s’il en a racheté des parts ;
– en tant que commissaire aux comptes ;
– au sein du service financier d’une grande entreprise ;
– en indépendant, comme 90 % de ses confrères, généralement après avoir été salarié en cabinet au préalable afin de développer son expertise et son réseau.

Dans tous les cas, le métier d’expert-comptable est exigeant ; il requiert notamment de nombreux contacts avec les clients et donc de tout aussi nombreux déplacements, mais aussi une grande disponibilité, y compris sur des horaires irréguliers et sur les week-end, notamment au moment des échéances comptables.

La voie de l’expertise-comptable

Avant de prêter serment auprès de l’Ordre des Experts-comptables pour pouvoir exercer ce métier en tant que tel, selon une déontologie particulièrement rigoureuse, le parcours est jalonné de 3 diplômes qui doivent être successivement obtenus :
– en niveau licence bac+3 : le Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) ;
– en niveau master bac+5 : le Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion (DSCG) ;
– en bac+8 : le Diplôme d’Expertise Comptable (DEC).

Un stage de 3 ans (rémunéré) doit également être validé avant de passer l’examen final qui regroupe :
– une résolution écrite de cas sur la révision contractuelle et légale des comptes (4h30) ;
– un QCM écrit sur la réglementation professionnelle et la déontologie ;
– une soutenance orale de mémoire sur un sujet lié à l’activité d’expert-comptable ou de commissaire aux comptes.

Il est par ailleurs à noter que cette filière peut être ralliée grâce à un master universitaire d’étude de Comptabilité-Contrôle-Gestion (master CCA) et que les collaborateurs de services comptables et financiers d’entreprise, mais aussi de cabinet d’experts-comptables peuvent être formés dans le cadre d’une licence pro sur les métiers de la comptabilité, avec une orientation spécifique sur la responsabilité de portefeuille clients d’expertise-comptable.

L’attractivité salariale d’un expert-comptable

S’il n’existe pas de « grille de salaire » des experts-comptables, ces derniers gagnent bien leur vie puisque, à l’issue du stage de 3 ans, un débutant peut espérer gagner 2500 € de salaire net mensuel + primes, et qu’un expert-comptable à son compte peut tabler sur une rémunération brute mensuelle de démarrage d’environ 5 000 €.
Et comme dans tous les métiers, les salaires varient selon la structure et le volume de contrats pour lesquels on travaille…


1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (4 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...