Prévoir son plan de trésorerieAfin de pouvoir observer au fil du temps si la comptabilité d’une entreprise présente un certain équilibre financier et afin de constater l’évolution de ses montants détenus en caisse ainsi que de ses avoirs en banque, la consultation de son plan de trésorerie est nécessaire.

Nous allons ici vous présenter les bénéfices que l’on peut retirer de la consultation de ce document ainsi que la manière avec laquelle il convient de l’élaborer.

Pourquoi utiliser ce plan de trésorerie

Il existe plusieurs justifications à son emploi :
– Il permet de vérifier que la société peut couvrir les dépenses qui sont prévues à différents horizons (quotidien, hebdomadaire voire mensuel)
– Il permet d’affirmer si l’entreprise est capable de mobiliser les ressources nécessaires à son évolution
– Lorsque l’entreprise exerce une activité dépendante des saisons de l’année, le plan de trésorerie permet de savoir si elle pourra faire face aux saisons au cours desquelles l’activité est moindre.

Ce document est également utilisé lors de la création d’une société. Il intervient, en complément de l’évaluation du patrimoine de l’entreprise lors de sa création, pour permettre :
– D’acquérir la certitude qu’en fonction des anticipations choisies, la société pourra disposer des sommes nécessaires à la couverture des frais qui ont été prévus dans le budget
– De déterminer le soutien financier que nécessitera en sus la naissance de la société

Élaboration du plan de trésorerie

Ce document permet de faire la synthèse de toutes les entrées ainsi que de toutes les sorties d’argent de l’entreprise. Il comprend deux sections.

Première division du tableau : les entrées d’argent

S’agissant des flux entrant, les principales composantes à considérer sont :
– L’ensemble des ventes anticipées par l’entreprise sur un exercice comptable (toutes taxes comprises)
– Les apports faits en espèce ou en nature par le(s) associé(s) lors de la création de l’entreprise ainsi que les ajouts complémentaires successifs, constituant le capital social
– Les avances en argent effectuées par l’(es) associé(s)
– Les sommes perçues au titre de différents investissements réalisés sur les marchés financiers
– Les sommes reçus des entités publiques au titre de crédit d’impôts ou de subventions.

Le principal obstacle à la construction de cette partie du plan de trésorerie se situe au niveau de l’anticipation de la perception de l’ensemble des transactions réalisées par l’entreprise.

Il convient ainsi de pouvoir déterminer habilement le niveau vraisemblable de ce dernier pour pouvoir ensuite déterminer les dates de rétribution que l’on peut raisonnablement anticiper.

Seconde division du tableau : les sorties d’argent

Les principales composantes des flux sortant d’argent sont :
– Les efforts consentis pour investir dans l’entreprise
– Les diverses acquisitions (toutes taxes comprises)
– Les frais nécessaires pour le fonctionnement de l’entreprise (eau, électricité, gaz, couverture des risques auprès d’un assureur, recours à des prestations extérieures…),
– Les coûts que représente la masse salariale
– La fiscalité
– Les diminutions éventuelles dans les apports consentis à l’entreprise en nature ou en espèce par l’(es) associé(s)
– Les charges liées au coût des emprunts obtenus auprès des créanciers

Nous vous suggérons, pour cette seconde partie du tableau, quelques bonnes pratiques :

1) Votre entreprise n’est pas nouvelle et vous avez déjà dû élaboré ce document selon votre situation :

Il vous faut alors vous reporter à votre précédant compte de résultat et examiner chaque poste de décaissement de manière attentive en étant particulièrement vigilant quant à la manière avec laquelle ils ont été réalisés. Il vous faudra alors être capable d’évaluer leur évolution sur l’année à venir.

NB : La consultation de la comptabilité afférente à vos partenaires vous fournissant les prestations et/ou bien nécessaires à votre activité peut vous être d’une précieuse utilité.

En un second temps, il convient d’ajouter à ce document les décaissements anticipés ainsi que les échéances de paiement liées à moyen terme : recrutement, nouveau contrat de bail, dépenses en vue de favoriser l’activité…

Astuce : N’oubliez pas d’inclure la part de bénéfice reversée aux actionnaires, les dangers encourus dans l’hypothèse de contrôles fiscaux ou sociaux ou en cas de contentieux avec un tiers, les sommes que vous pourriez devoir payer au titre l’impôt (quel qu’il soit), etc.

Lorsque cette liste des divers frais à couvrir est déterminée et que vous avez trouvé la manière avec laquelle les couvrir, il vous faut les inscrire dans votre plan de trésorerie.

2) Vous venez de créer votre société

La tâche va être un peu plus ardue car vous ne pouvez pas vous appuyez sur des faits passés pour établir une prévision ancrée dans le réel.

Vous allez devoir rédiger trois documents :
– Un inventaire des frais anticipés (rémunération des salariés, cotisations auprès des organismes sociaux, baux, frais extérieurs générés par l’activité…)
– Un inventaire des sommes que vous comptez investir dans votre activité
– Un inventaire des dettes de nature financière contractées (crédits contractés auprès de banques, auprès des partenaires placés à la tête de l’entreprise…) ainsi que les décaissements prévus autres que salariaux (part des bénéfices reversée aux actionnaires essentiellement)

Dans un second temps, il va falloir attribuer à chaque élément de chaque inventaire une échéance ou une récurrence anticipée.

Il faudra enfin intégrer dans votre document la prise en compte des dépenses liées aux impôts : taxes liées à la fiscalité de l’entreprise, cotisations de toute nature…

Quelques éléments importants à ne pas oublier

Il ne faut jamais oublier que lorsque vous réalisez des opérations de commerce, celles-ci doivent être considérées toutes taxes comprises. La société effectue ses achats en payant un prix incluant la taxe puis recouvre (selon que la taxe soit ou non déductible) la somme liée.

Lorsque vous prévoyez d’embaucher, gardez en mémoire qu’il faut prévoir :
– Un décaissement chaque mois pour versé aux salariés leurs payes (en net)
– Un décaissement chaque mois ou chaque trimestre pour les cotisations sociales

Les travailleurs non-salariés cotisent auprès d’une caisse spécifique liée au régime social des indépendants. Ne l’oubliez pas en élaborant votre plan de trésorerie.

Il ne faut pas non plus oublier de considérer les échéances prévues qui impactent les entrées et sorties d’argent de l’entreprise. On pourrait alors constater des discordances dans vos disponibilités.

Nous ne pouvons que vous recommander de solliciter un spécialiste de l’activité comptable pour établir votre plan de trésorerie afin d’être guidé dans sa réalisation.

Si tel est votre besoin, n’hésitez pas à nous contacter afin que nous vous mettions gratuitement en relation avec l’un de nos experts-comptables.


1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (Soyez le premier à laisser une note)
Loading...