Choisir le meilleur statut juridique pour un VTC
 

Devenir VTC, mode d’emploi : étapes, statut juridique, activité…

Les métiers des indépendants attirent de plus en plus de travailleurs. Ils ont l’avantage de proposer une flexibilité que le travail salarié ne peut permettre. Or, se lancer dans l’aventure nécessite quelques réflexions dont nous vous proposons de prendre connaissance. Comment créer une entreprise de Voitures de Transport avec Chauffeur (VTC) ? Quel statut juridique est opportun pour mon activité de VTC ?

En quoi consiste le métier indépendant de VTC ?

L’activité de VTC consiste à conduire des particuliers pour les mener d’un point A à un point B. Les clients ont au préalable réservé leur course soit sur une plateforme web (Uber, Bolt, Heetch…) soit directement auprès de vous.

Si vous décidez de vous inscrire sur une plateforme de courtage (Uber…), vous devrez recevoir une autorisation de la part de la société. Ce n’est toutefois pas un contrat de travail dans la mesure où la plateforme ne sera pas votre employeur mais plutôt l’entité qui vous mettra facilement en relation avec des clients. En échange de cette prestation de service, vous devrez payer une commission et être soumis aux exigences qualitatives de la plateforme.
Si au contraire vous décidez de ne pas passer par ces plateformes, vous devrez vous-même prospecter des clients ce qui est chronophage, mais davantage rémunérateur sur le long terme.

Les clients attendent une prestation de qualité de la part de leur chauffeur privé. En effet, les VTC bénéficient de l’image d’un standing élevé. Il arrive alors parfois que les chauffeurs soient habillés élégamment et proposent des boissons et/ou de la nourriture.

Quelles sont les étapes pour devenir chauffeur VTC ?

Avant de devenir VTC, il faut évidemment respecter plusieurs étapes sans lesquelles vous ne pourrez pas accéder à la profession indépendante.

D’abord, vous devez prendre connaissance des réglementations du métier de VTC. En effet, celles-ci sont régulièrement mises à jour pour correspondre aux enjeux actuels. Il s’agit de la sécurité des usagers, de l’utilisation des données personnelles, des conditions de travail des chauffeurs VTC et des règles de concurrence.

Ensuite, pour devenir chauffeur VTC, il faut valider un examen VTC qui comprend des questions. Ainsi, vous serez confronté à sept thématiques différentes concernant la sécurité routière, mais aussi la gestion commerciale de l’activité indépendante de chauffeur de VTC. C’est seulement à la suite de cet examen que vous pourrez faire la demande de licence de VTC. Sans cette licence, exploiter une Voiture de Transport avec Chauffeur est illégal et peut entraîner de lourdes sanctions. Notez que les plateformes de courtage ont des exigences bien spécifiques.

Enfin, il faut créer une entreprise. En effet, l’activité de VTC ne s’adresse pas aux particuliers. Ainsi, vous devrez choisir la forme juridique appropriée à votre situation et à vos ambitions de développement.

Choisir le statut juridique de la micro-entreprise pour devenir VTC

Pour créer une entreprise, le statut d’auto-entrepreneur, aussi appelé micro-entreprise, a été mis en place pour faciliter les démarches des entrepreneurs. En effet, c’est un statut qui présente plusieurs avantages, surtout lors de sa mise en place en début d’activité. Par exemple, les formalités réalisables en ligne entraînent des frais modiques. Autre point particulièrement intéressant et avantageux ; les auto-entrepreneurs ne sont pas assujettis aux obligations comptables traditionnelles. C’est autant de temps disponible pour pratiquer son activité. En clair, vous pouvez choisir de créer une micro-entreprise et donc ne pas avoir à subir des contraintes administratives lourdes pour créer votre entreprise de VTC.

C’est le statut idéal si vous exercez l’activité de VTC en complément d’une autre activité principale ou si vous le faites seulement à temps partiel. La micro-entreprise permet d’avoir des avantages au niveau des charges sociales et fiscales, mais le chiffre d’affaires annuel est plafonné.

De plus, vos frais ne pourront pas être déduits. Or, les frais professionnels des VTC sont importants (location de la voiture, essence, parking…).

Par ailleurs, si vous souhaitez recruter un salarié dans votre entreprise de VTC, il sera très difficile de respecter le seuil du chiffre d’affaires.

Choisir le statut juridique de la SASU pour devenir VTC

Une autre solution s’offre à vous : celle de créer une véritable société. La Société par Actions Simplifiée (SAS) peut compter un associé unique, dès lors, on parle de SAS unipersonnelle (SASU). Il est avantageux de créer une entité autonome lorsque vous êtes VTC et que votre activité permet de réaliser un chiffre d’affaires important.

La création d’une Société À Responsabilité Limitée Unipersonnelle (EURL) est une autre option.

Le choix de créer une société permet deux avantages majeurs. D’une part, la création d’une société de VTC permet la naissance d’une personne morale au patrimoine distinct de votre patrimoine personnel. En un mot, votre activité ne mettra pas en péril vos biens personnels. D’autre part, si vous souhaitez vous agrandir, vous pourrez vous associer avec d’autres chauffeurs VTC.

Désormais, vous en connaissez davantage sur le bon statut juridique à choisir pour lancer votre activité de VTC. De la micro-entreprise à la SASU en passant par l’EURL, chaque statut a son intérêt et ses inconvénients et il convient de le choisir selon l’envergure de votre activité. N’hésitez pas à parcourir notre site web pour en apprendre plus sur les statuts juridiques et sur l’entrepreneuriat en général.

Vous souhaitez en savoir plus sur la comptabilité ?

 

Tous nos articles

Juridique

SAS et SASU

Lire la suite
Juridique

La SARL: une forme juridique adaptée au société familiale

Lire la suite
Juridique

Le contrat de concession exclusive

Lire la suite