La création d'entreprise est offerte J'en profite 🚀
 

Comprendre l’autoliquidation TVA 

L’autoliquidation de la TVA est un mécanisme fiscal qui permet aux entreprises d’imputer directement sur leur déclaration de TVA, la taxe due sur les opérations réalisées avec des sous-traitants. Dans cet article, nous vous expliquerons ce qu’est l’autoliquidation de la TVA et son contexte d’application, les conditions requises pour en bénéficier, son fonctionnement, ainsi que ses avantages et contraintes. Nous aborderons également les incidences sur la trésorerie des entreprises et les contrôles et risques liés à cette pratique.

Qu’est-ce que l’autoliquidation TVA ?

L’autoliquidation de la TVA est un dispositif fiscal qui permet à une entreprise de ne pas payer la TVA à ses fournisseurs ou sous-traitants, mais de la reporter directement sur sa propre déclaration de TVA. Cela signifie que l’entreprise doit indiquer sur sa déclaration, à la fois la TVA collectée (c’est-à-dire celle facturée à ses clients) et la TVA déductible (celle payée par les fournisseurs ou sous-traitants). Ainsi, l’entreprise n’a pas à avancer la TVA pour le compte de ses fournisseurs ou sous-traitants et peut améliorer sa trésorerie.

Qui est concerné par l’auto liquidation ?

L’autoliquidation de la TVA concerne les entreprises implantées en France qui procurent des biens ou services à des sociétés situées dans d’autres pays membres de l’Union européenne (UE).

Les entreprises visées par l’autoliquidation de la TVA doivent :

  • Avoir leur siège social en France ;

  • Posséder un numéro de TVA intra-communautaire ;

  • Effectuer l’acquisition de biens ou de services auprès d’entreprises basées dans d’autres États membres de l’UE ;

  • Importer des biens ou services sur le territoire français.

Les conditions d’application de l’autoliquidation TVA

Pour que l’autoliquidation de la TVA soit applicable, plusieurs conditions doivent être satisfaites. Les opérations concernées doivent être assujetties à la TVA. Les donneurs d’ordre et les sous-traitants doivent être assujettis à la TVA et disposer de numéros d’identification à la TVA valides. De plus, un contrat écrit entre le donneur d’ordre et le sous-traitant doit être mis en place, stipulant notamment les modalités de paiement de la TVA.

Le contexte d’application de l’autoliquidation TVA

L’autoliquidation de la TVA s’applique à plusieurs situations, mais deux des principales circonstances concernent particulièrement les entreprises françaises :

Lorsqu’une entreprise française acquiert des biens ou des services auprès d’entreprises établies dans d’autres pays membres de l’Union européenne (UE), l’autoliquidation de la TVA peut s’appliquer. Dans ce scénario, la responsabilité de collecter et de verser la TVA revient à l’entreprise française qui réalise l’achat, plutôt qu’à l’entreprise étrangère fournissant les biens ou les services. Cela vise à empêcher la fraude à la TVA et à simplifier les procédures fiscales transfrontalières.

L’entreprise française doit indiquer cette opération dans sa déclaration de TVA et y mentionner à la fois la TVA collectée sur ses propres ventes et la TVA due sur les achats effectués auprès d’entreprises étrangères. L’autoliquidation permet ainsi d’éviter la complexité de faire transiter la TVA par le fournisseur étranger.

Une autre situation majeure concernée par l’autoliquidation de la TVA concerne le secteur du BTP, c’est-à-dire la construction et les travaux publics. Lorsque les entreprises du BTP ont recours à la sous-traitance, elles peuvent être tenues d’appliquer l’autoliquidation de la TVA.

Dans ce contexte, lorsqu’une entreprise principale réalise des travaux et fait appel à des sous-traitants pour exécuter une partie de ces travaux, l’entreprise principale doit effectuer l’autoliquidation de la TVA sur les paiements effectués aux sous-traitants. Cela signifie que l’entreprise principale doit calculer et déclarer la TVA due sur ces paiements dans sa propre déclaration de TVA, plutôt que de laisser cette tâche aux sous-traitants.

Ces deux situations sont des exemples de l’application de l’autoliquidation de la TVA qui vise à simplifier les obligations fiscales et à prévenir les abus fiscaux dans des contextes spécifiques. Cependant, il est essentiel de consulter les réglementations fiscales en vigueur dans votre pays pour obtenir des informations précises sur la manière dont l’autoliquidation de la TVA s’applique dans chaque cas particulier.

Le fonctionnement de l’autoliquidation TVA

Lorsque les conditions sont réunies, l’entreprise qui fait appel à un sous-traitant doit appliquer l’autoliquidation de la TVA sur les factures émises par le sous-traitant.

Concrètement, cela signifie que :

  • Le sous-traitant ne facture pas la TVA à son client (c’est-à-dire l’entreprise donneuse d’ordre).

Dans le contexte de la sous-traitance soumise à l’autoliquidation de la TVA, le sous-traitant ne doit pas ajouter de TVA au montant de ses factures destinées à l’entreprise donneuse d’ordre.

Cela signifie que le sous-traitant mentionne sur ses factures qu’elles sont soumises à l’autoliquidation de la TVA et que la TVA ne sera pas collectée par lui.

  • L’entreprise donneuse d’ordre reporte directement la TVA sur sa déclaration et en assume ainsi la responsabilité comptable.

En d’autres termes, lorsque l’entreprise fait appel à un sous-traitant (l’entreprise donneuse d’ordre), elle assume la responsabilité de calculer et déclarer la TVA due pour cette opération.Concrètement, cette entreprise reporte le montant de la TVA sur sa propre déclaration de TVA, en indiquant les informations fournies par le sous-traitant dans sa facture. Ainsi, l’entreprise donneuse d’ordre s’acquitte de la TVA due pour l’ensemble de l’opération.

L’entreprise donneuse d’ordre doit s’assurer que le montant de la TVA mentionné dans la facture du sous-traitant est correctement inscrit dans sa propre déclaration de TVA. Elle soustrait ensuite cette TVA des montants qu’elle doit collecter sur ses propres ventes pour déterminer le solde net à payer ou à rembourser aux autorités fiscales.

Exemple

Une entreprise de construction fait appel à une entreprise de peinture pour réaliser des travaux dans un immeuble. Le montant des travaux est de 10 000 € HT. L’entreprise de peinture facture donc 10 000 € HT à l’entreprise de construction, sans ajouter la TVA. L’entreprise de construction reportera ensuite 2 000 € de TVA (tva au taux de 20%) sur sa propre déclaration de TVA, comme si elle avait réalisé elle-même les travaux de peinture.

Déclarer l’autoliquidation de TVA

Pour déclarer l’autoliquidation de la TVA, l’entreprise doit suivre quelques étapes spécifiques :

Sur la déclaration de TVA, l’entreprise doit indiquer les montants des opérations d’autoliquidation dans les cases correspondantes. Il s’agit des montants de TVA collectée et de TVA déductible relatifs aux opérations réalisées avec les sous-traitants.

L’entreprise doit ensuite calculer la TVA à reporter en soustrayant la TVA déductible de la TVA collectée. Ce montant représente la différence entre la TVA facturée aux clients et celle payée aux fournisseurs ou sous-traitants.

Selon le résultat du calcul, l’entreprise doit reporter la TVA à payer dans le cas où la TVA collectée est supérieure à la TVA déductible, ou la TVA à rembourser si la TVA déductible est supérieure à la TVA collectée.

L’entreprise doit régler la TVA à payer dans les délais prévus ou effectuer une demande de remboursement si elle a droit à un remboursement de la TVA.

Autoliquidation de la TVA et implications comptables

L’autoliquidation de la TVA est une approche fiscale qui a des répercussions directes sur la comptabilité des entreprises concernées. Comprendre ces implications comptables est essentiel pour garantir la conformité fiscale et la précision des états financiers. Voici comment l’autoliquidation de la TVA interagit avec les aspects comptables :

Lorsque des transactions soumises à l’autoliquidation de la TVA sont effectuées, il est essentiel d’enregistrer correctement ces opérations dans les livres comptables. Les factures émises par les sous-traitants ne comporteront pas de TVA facturée. Au lieu de cela, les montants nets, c’est-à-dire le montant hors taxe, seront enregistrés dans les comptes appropriés. Les montants de TVA collectée et déductible doivent être identifiés séparément pour les opérations soumises à l’autoliquidation.

De plus, dans le cadre de l’autoliquidation de la TVA, l’entreprise donneuse d’ordre est chargée de déclarer et de régler la TVA due sur les transactions avec les sous-traitants. La TVA collectée doit être enregistrée dans les comptes de TVA collectée et la TVA déductible dans les comptes de TVA déductible. Ces montants devront ensuite être reportés correctement sur la déclaration de TVA.

Les comptes de TVA collectée et déductible doivent être régulièrement rapprochés avec les montants déclarés dans les déclarations de TVA. Les écarts entre les montants enregistrés en comptabilité et ceux déclarés aux autorités fiscales doivent être identifiés et justifiés. Cela nécessite une gestion attentive et des contrôles internes pour s’assurer de l’exactitude des chiffres.

Comme pour toute question fiscale, la conservation des documents est essentielle. Les factures émises par les sous-traitants, les contrats de sous-traitance et toute autre documentation liée à l’autoliquidation de la TVA doivent être conservés de manière organisée et accessible. Ces documents serviront de preuve en cas de contrôle fiscal.

L’autoliquidation de la TVA peut avoir un impact sur les états financiers, en particulier sur les montants de TVA à payer ou à rembourser inscrits dans les passifs ou les actifs courants. Il est important de refléter correctement ces montants dans les états financiers pour donner une image fidèle de la situation financière de l’entreprise.

Compte tenu de la complexité de l’autoliquidation de la TVA et de ses implications comptables, il est recommandé de consulter des experts comptables ou des conseillers fiscaux pour garantir la conformité et la précision des enregistrements comptables.

Les avantages et les contraintes de l’autoliquidation de la TVA

Le principal avantage de l’autoliquidation de la TVA est l’amélioration de la trésorerie des entreprises, qui n’ont plus besoin d’avancer la TVA pour le compte de leurs fournisseurs ou sous-traitants. Cela permet également de simplifier les démarches administratives et de réduire les risques de fraude à la TVA.

Toutefois, ce dispositif implique également certaines contraintes, notamment en termes de responsabilité comptable. En effet, l’entreprise donneuse d’ordre doit assumer la charge de la TVA liée aux opérations réalisées par ses sous-traitants et veiller à ce que ces derniers respectent les règles fiscales en vigueur.

Les incidences sur la trésorerie des entreprises

Comme nous l’avons mentionné précédemment, l’autoliquidation de la TVA permet aux entreprises de préserver leur trésorerie et d’éviter d’avancer la taxe pour le compte de leurs fournisseurs ou sous-traitants. Cela peut constituer un atout important dans le secteur du BTP, où les délais de paiement sont souvent longs et les problèmes de trésorerie fréquents.

Les contrôles et risques liés à l’autoliquidation de la TVA

L’autoliquidation de la TVA entraîne une responsabilité accrue pour les entreprises donneuses d’ordre. Elles doivent garantir la conformité fiscale de leurs sous-traitants et s’assurer du respect des conditions d’application du dispositif. Lors d’un contrôle fiscal, l’administration peut vérifier la correcte application de l’autoliquidation et, si nécessaire, exiger des rappels de taxes et des pénalités des entreprises concernées.

Il est primordial pour les entreprises de saisir parfaitement les mécanismes de l’autoliquidation de la TVA. Elles doivent vérifier qu’elles satisfont toutes les conditions nécessaires et instaurer des procédures internes pour garantir la conformité fiscale de leurs opérations.

Vous souhaitez en savoir plus sur la comptabilité ?

 

Tous nos articles

Comptabilité

Comment fonctionne le bilan et le compte de résultat d’une société VTC ?

Lire la suite
Comptabilité

Les déclarations en auto-entreprise

Lire la suite
Comptabilité

Les livres obligatoires des auto-entreprises et micro-entreprises

Lire la suite