La création d'entreprise est offerte J'en profite 🚀
 

Tout savoir sur le licenciement économique 

Le licenciement économique est une réalité à laquelle peuvent être confrontés de nombreux salariés. Il s’agit d’une décision prise par l’employeur pour des motifs non liés à la personne du salarié, mais à des raisons d’ordre économique. Dans cet article, nous aborderons ce qu’est le licenciement économique, la procédure qui l’entoure, les motifs possibles, les mesures d’accompagnement et de reclassement, les obligations de l’employeur, ainsi que les possibilités de contestation.

Qu’est-ce que le licenciement économique ?

Le licenciement économique est une rupture du contrat de travail initiée par l’employeur pour des raisons économiques. Concrètement, cela signifie que la décision de mettre fin au contrat de travail n’est pas liée à un motif personnel concernant le salarié (comme une faute ou une insuffisance professionnelle), mais à des circonstances extérieures à sa volonté. Les motifs économiques peuvent être variés et concernent généralement la situation financière de l’entreprise, ses résultats ou encore son organisation.

Les motifs du licenciement économique

Plusieurs motifs peuvent justifier un licenciement économique.

En voici quelques-uns :

  • Des difficultés économiques :

    Il peut s’agir d’une baisse significative du chiffre d’affaires, de pertes financières ou d’un endettement important de l’entreprise. Lorsque l’entreprise rencontre des difficultés économiques durables et qu’elle ne peut plus faire face à ses charges, elle peut être amenée à procéder à des licenciements économiques pour assurer sa survie.

  • L’impact des mutations technologiques :

    Les changements importants dans les méthodes de production ou les besoins du marché peuvent rendre certaines compétences obsolètes. Dans ce cas, l’entreprise peut être contrainte de réduire ses effectifs et de procéder à des licenciements économiques pour s’adapter à ces évolutions technologiques.

  • Optimisation de la compétitivité par une réorganisation :

    Pour garantir sa compétitivité, une entreprise peut fusionner avec une autre, être acquise par un groupe ou restructurer ses opérations. Ces changements peuvent induire des suppressions de postes et des licenciements économiques.

  • La cessation d’activité de l’entreprise :

    Il peut arriver que l’entreprise soit contrainte de mettre fin à son activité pour diverses raisons, telles qu’une défaillance financière importante, une faillite ou une liquidation judiciaire. Dans ce cas, tous les salariés peuvent être concernés par un licenciement économique.

Ces motifs doivent être réels et sérieux pour que le licenciement économique soit légitime. La loi impose à l’employeur de prouver les motifs économiques et d’en informer les salariés concernés.

Il est important de noter que la situation financière de l’entreprise peut influencer le déroulement du licenciement économique. En effet, si l’entreprise est en redressement ou liquidation judiciaire, certaines procédures spécifiques s’appliquent et peuvent avoir des conséquences sur les obligations de l’employeur et les droits des salariés.

La procédure du licenciement économique

Avant de pouvoir engager un licenciement économique, l’employeur doit suivre plusieurs étapes.

Information et consultation des représentants du personnel

En premier lieu, il doit informer et consulter les instances représentatives du personnel (comité social et économique, délégués du personnel…) sur les raisons du licenciement économique envisagé et sur les mesures d’accompagnement proposées.

Recherche de solutions alternatives

L’employeur doit également rechercher des solutions alternatives au licenciement et examiner les possibilités de reclassement interne des salariés concernés. Si aucune solution n’est trouvée, l’employeur peut alors engager la procédure de licenciement économique.

Notification du licenciement

Les salariés concernés doivent être informés individuellement de la décision de licenciement par lettre recommandée avec accusé de réception. Cette lettre doit mentionner les motifs économiques justifiant le licenciement, ainsi que les critères retenus pour déterminer l’ordre des licenciements.

Les salariés licenciés économiquement disposent d’un délai de réflexion pour accepter ou refuser les mesures d’accompagnement proposées par l’employeur. Ils ont également la possibilité de contester leur licenciement en saisissant le conseil de prud’hommes.

Les mesures d’accompagnement et de reclassement

L’employeur doit proposer aux salariés concernés certaines mesures d’accompagnement et de reclassement, telles que le reclassement interne dans l’entreprise ou le groupe, le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ou le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Le reclassement interne

Avant de procéder au licenciement, l’employeur doit rechercher des postes disponibles dans l’entreprise ou le groupe auquel il appartient. Si une offre de reclassement est présentée au salarié, celui-ci dispose d’un délai pour accepter ou refuser la proposition.

Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP)

Les salariés licenciés économiquement peuvent bénéficier du Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP) qui vise à faciliter leur retour à l’emploi. Le CSP propose notamment une indemnisation spécifique, un accompagnement personnalisé et des actions de formation.

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)

Dans le cas d’un licenciement collectif (au moins 10 salariés sur 30 jours dans une entreprise de plus de 50 salariés), l’employeur doit mettre en place un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE). Ce dispositif prévoit des mesures d’accompagnement telles que l’aide à la création d’entreprise, la reconversion professionnelle ou encore des indemnités de départ volontaire.

Les conséquences pour le salarié licencié économiquement

Le licenciement économique peut avoir un certain nombre de conséquences pour le salarié concerné.

Voici les principales :

  • Perte d’emploi :

    Le licenciement économique entraîne la perte d’ emploi pour le salarié touché. Cela peut avoir un impact significatif sur sa situation financière et sa stabilité professionnelle.

  • Recherche d’emploi :

    Après avoir été licencié économiquement, le salarié doit entamer une recherche d’emploi pour retrouver un travail. Cela peut s’avérer complexe et demander du temps, en fonction des opportunités et de la conjoncture du marché de l’emploi.

  • Impact sur les revenus :

    La perte d’emploi due au licenciement économique peut entraîner une baisse de revenus pour le salarié. Si l’employeur verse une indemnité de licenciement, celle-ci peut aider à faire face aux premiers mois sans emploi. Cependant, il est important de noter que cette indemnité est souvent inférieure au salaire perçu pendant l’emploi.

  • Adaptation professionnelle :

    Le licenciement économique peut inciter le salarié à se reconvertir professionnellement ou à suivre de nouvelles formations pour acquérir des compétences recherchées sur le marché de l’emploi. Cela peut nécessiter un investissement en termes de temps et de ressources.

  • Impact sur le moral et la confiance en soi :

    Le licenciement économique peut avoir un impact émotionnel sur le salarié, l’amenant à remettre en question sa valeur professionnelle et sa confiance en lui. Il peut être difficile de se remettre de cette expérience et de retrouver une certaine stabilité.

Il est essentiel de souligner que chaque situation de licenciement économique est unique et que les conséquences peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs tels que l’ancienneté dans l’entreprise, les compétences du salarié, les opportunités sur le marché de l’emploi, etc.

Les obligations de l’employeur

Outre les mesures d’accompagnement et de reclassement, l’employeur est soumis à certaines obligations lors d’un licenciement économique.

  • Respecter les critères d’ordre des licenciements :

    Lorsqu’il y a plusieurs salariés concernés par le licenciement économique, l’employeur doit établir un ordre des licenciements en se basant sur des critères objectifs et non-discriminatoires. Ces critères peuvent inclure l’ancienneté, la situation familiale, les qualités professionnelles ou encore les perspectives de réinsertion professionnelle des salariés.

  • Verser une indemnité de licenciement :

    L’employeur est tenu de verser une indemnité de licenciement au salarié concerné. Le montant de cette indemnité est généralement déterminé par la loi ou la convention collective applicable, en fonction de l’ancienneté du salarié.

  • Respecter un délai de préavis :

    Lors d’un licenciement économique, l’employeur doit notifier au salarié un délai de préavis. La durée de ce préavis varie en fonction de l’ancienneté du salarié et des dispositions de la convention collective applicable. Cependant, il est possible de remplacer le préavis par le versement d’une indemnité compensatrice.

  • Fournir les documents de fin de contrat :

    À la fin du contrat de travail, l’employeur doit remettre au salarié les documents de fin de contrat, tels que le certificat de travail, l’attestation Pôle Emploi (anciennement appelée attestation Assédic) et le solde de tout compte. Ces documents permettent au salarié de faire valoir ses droits en tant que demandeur d’emploi.

L’employeur a également le devoir de respecter les règles de non-discrimination lors du licenciement économique, en évitant toute forme de discrimination basée sur le sexe, l’âge, la race, la religion, le handicap, etc.

En cas de non-respect de ces obligations ou de litige lié au licenciement économique, le salarié peut contester la décision devant le conseil de prud’hommes. Cette juridiction compétente en matière de litiges individuels entre employeurs et salariés peut décider de la nullité du licenciement et ordonner la réintégration du salarié, ou condamner l’employeur à verser des dommages et intérêts.

Indemnités de licenciement et compensations financières

Le licenciement économique peut donner lieu à différentes indemnités et compensations financières pour le salarié concerné.

Voici les principales :

  • Indemnité de licenciement :

    L’employeur est tenu de verser une indemnité de licenciement au salarié licencié économiquement. Le montant de cette indemnité est généralement déterminé par la loi ou la convention collective applicable, en fonction de l’ancienneté du salarié. Il existe différentes formules pour calculer cette indemnité et celle-ci peut varier en fonction de la durée de présence du salarié dans l’entreprise.

  • Indemnité compensatrice de préavis :

    Si l’employeur décide de se passer du préavis pour le salarié licencié économiquement, il est tenu de verser une indemnité compensatrice de préavis. Cette indemnité correspond à la rémunération que le salarié aurait perçue s’il avait effectué son préavis.

  • Indemnité compensatrice de congés payés :

    Si le salarié n’a pas pu prendre tous ses congés payés avant son départ de l’entreprise, l’employeur lui doit une indemnité compensatrice de congés payés. Cette indemnité correspond à la rémunération des congés non pris.

  • Autres compensations financières :

    En fonction de la situation et des accords spécifiques, d’autres compensations financières peuvent être prévues. Par exemple, dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), des mesures telles que des indemnités de départ volontaire, des aides à la création d’entreprise ou des mesures de reconversion professionnelle peuvent être mises en place.

Le montant des indemnités et compensations financières peut varier en fonction de la législation en vigueur, des dispositions de la convention collective applicable et des négociations éventuelles entre l’employeur et les représentants du personnel. Il est recommandé de se renseigner auprès de ces instances pour connaître précisément les droits du salarié en cas de licenciement économique.

Contentieux prud’homal et contestation du licenciement économique

Un salarié qui estime que son licenciement économique est injustifié peut saisir le conseil de prud’hommes. Cette juridiction compétente en matière de litiges individuels entre employeurs et salariés peut être saisie dans un délai de 12 mois après notification du licenciement.

En cas de contestation fondée sur l’absence de motif économique réel et sérieux, ou sur un manquement aux obligations légales de l’employeur, le juge juridique peut prononcer la nullité du licenciement et ordonner la réintégration du salarié dans l’entreprise. Si cette réintégration n’est pas possible ou souhaitée par le salarié, le juge peut également condamner l’employeur à verser des dommages et intérêts.

Vous souhaitez en savoir plus sur la comptabilité ?

 

Tous nos articles

Comptabilité

Comment fonctionne le bilan et le compte de résultat d’une société VTC ?

Lire la suite
Comptabilité

Les déclarations en auto-entreprise

Lire la suite
Comptabilité

Les livres obligatoires des auto-entreprises et micro-entreprises

Lire la suite