Comment créer une entreprise de plomberie ?
 

Création d’une entreprise de plomberie, que faut-il retenir ?

L’artisan plombier appartient à la famille des métiers du BTP. Son champ d’actions est très varié car la plomberie désigne tant des travaux de réparation, de maintenance, de dépannage que d’installation. Il est amené à intervenir sur des ouvrages liés à la tuyauterie, aux installations sanitaires, à la robinetterie, au chauffage, à la ventilation ou encore à l’étanchéité. La création d’une entreprise de plomberie implique la maîtrise de chacune de ces tâches : un plombier professionnel indépendant doit avoir plus d’une corde à son arc !

Quels sont les diplômes et les qualifications obligatoires pour se mettre à son compte en tant que plombier ?

Le métier de plombier relève de l’activité artisanale ce qui implique d’acquérir certaines qualifications obligatoires avant de s’installer à son compte. Il faut donc être en capacité de prouver ses compétences, par exemple via une certification ou une formation. Le titre de CAP Plombier ou Brevet Professionnel est obligatoire pour exercer en tant que plombier indépendant. Les formations diffèrent car il existe deux branches distinctes dans l’activité de la plomberie : l’installation thermique et l’installation sanitaire.


Le CAP plombier est un diplôme d’État, qui se prépare en deux ans après, la classe de 3ème dans un lycée professionnel. Il est obligatoire pour entrer en formation et obtenir la certification de plombier.


Le brevet professionnel permet d’obtenir un niveau bac+2. Les formations préparent aux métiers du bâtiment (plomberie, électricité) et à l’acquisition des compétences spécifiques.


Dans la majorité des cas, le diplôme est obligatoire pour exercer en tant que plombier indépendant. Cependant, si vous pouvez justifier d’une expérience de plus de 3 ans en tant que salarié ou bien indépendant dans la plomberie, vous pourrez crée votre une entreprise de plomberie même sans diplôme.

Quel est le meilleur statut juridique pour ouvrir une entreprise de plomberie ?

Pour exercer, un plombier doit être immatriculé au répertoire des métiers (RM) ou au registre des entreprises. Cette immatriculation permet d’obtenir un numéro SIRET et d’exercer en tant que plombier chef d’entreprise. Mais quel statut juridique choisir ?


Créer une entreprise en tant qu’indépendant est la meilleure option pour profiter d’une liberté totale dans son travail. En effet, les formalités sont très simples et le coût d’inscription à l’URSSAF ou à la Chambre des Métiers est minime.


Le régime de la micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) est avantageux car il permet de bénéficier d’un régime social simplifié, de payer des cotisations sociales moins élevées que celles du régime général de la sécurité sociale et de bénéficier des mêmes avantages fiscaux.


Le statut de micro-entrepreneur bénéficie également d’une exonération partielle de la TVA et de l’impôt sur le revenu, sous certaines conditions, selon le chiffre d’affaires annuel généré.


Cependant, si vous avez pour projet de développer rapidement le chiffre d’affaires de votre entreprise de plomberie, de travailler avec des associés ou d’embaucher des salariés, il est vivement conseillé de créer une société avec un statut de SARL ou SASU.

Quelles sont les règles à respecter lors d’une création d’une entreprise de plomberie ?

La loi Pacte, entrée en vigueur le 22 mai 2019, exempte désormais les artisans du SPI (Stage à la Préparation à l’Installation). Cette formation, devenue facultative, enseigne pendant 30 heures, les bases du fonctionnement d’une entreprise artisanale. Nous encourageons vivement les futurs chefs d’entreprise à y assister, même si elle n’est plus obligatoire. Ce stage est dispensé à la CMA (Chambre des Métiers et de l’Artisanat) de votre commune.

Les activités du secteur du BTP présentent des plusieurs risques. Afin de les minimiser, l’assurance décennale et la responsabilité civile, sont obligatoires pour les entreprises de plomberie, d’électricité ou de chauffage.


En effet, la garantie décennale couvre les éventuels dommages qui compromettraient la solidité de l’ouvrage ou les rendraient impropres à sa destination. L’assurance responsabilité civile professionnelle (RC Pro), quant à elle, couvre les dommages causés par l’entreprise de plomberie à des tiers. La responsabilité civile professionnelle couvre tous les dommages corporels, matériels et immatériels qui pourraient être causés aux tiers dans le cadre de l’activité professionnelle de l’entreprise de plomberie.

Vous souhaitez en savoir plus sur la comptabilité ?

 

Tous nos articles

Création d'entreprise

Comment devenir coiffeuse à domicile ?

Lire la suite
Création d'entreprise

Comment ouvrir un restaurant ?

Lire la suite
Création d'entreprise

Comment devenir YouTubeur ?

Lire la suite