La création d'entreprise est offerte J'en profite 🚀
 

La trésorerie d’une entreprise : le cœur de sa santé financière

La trésorerie est un élément central dans la gestion d’une entreprise. Elle regroupe les liquidités dont dispose l’entreprise pour assurer son fonctionnement quotidien et faire face à ses échéances financières. Mais comment se calcule-t-elle, quelles sont ses composantes et comment en assurer une bonne gestion ? Cet article fait le point sur les différents aspects de la trésorerie.

Qu’est-ce que la trésorerie d’une entreprise ?

La trésorerie représente l’ensemble des liquidités disponibles immédiatement pour une entreprise. Ces liquidités comprennent aussi bien les espèces que les avoirs bancaires, les chèques à encaisser ou encore les placements monétaires à court terme. Elle permet à l’entreprise de financer son activité au jour le jour, de payer ses fournisseurs et salariés, de rembourser ses emprunts ou encore d’investir.

Quel est l’objectif de la trésorerie ?

L’objectif de la trésorerie est d’assurer la solvabilité de l’entreprise et de maintenir un équilibre financier pérenne. Une bonne gestion de trésorerie permet de prévenir les risques de déficit, les retards de paiement ou encore les découverts bancaires, autant de signes annonciateurs de problèmes financiers plus graves pour l’entreprise.

Pour atteindre cet objectif, il est essentiel de mettre en place des procédures efficaces de gestion de trésorerie. Cela implique de surveiller de près les flux de trésorerie entrants et sortants, d’anticiper les besoins de financement à court terme et de prendre des mesures préventives pour éviter les situations de stress de trésorerie.

Une gestion appropriée de la trésorerie permet à l’entreprise de disposer des liquidités nécessaires pour ses opérations quotidiennes, telles que le paiement des fournisseurs, des salaires, des charges sociales et fiscales, ainsi que le remboursement des emprunts.

Elle permet également à l’entreprise de financer ses investissements et de saisir les opportunités de croissance, tout en assurant une réserve de liquidités pour faire face aux imprévus.

Les composantes de la trésorerie

La trésorerie se compose principalement de trois éléments :

  • Le fonds de roulement :

    Le fonds de roulement représente l’excédent des ressources stables, telles que les capitaux propres, les emprunts à long terme et les réserves, sur le montant des actifs immobilisés, tels que les équipements, les immeubles et les terrains. En d’autres termes, il s’agit de la différence entre les actifs circulants et les passifs circulants. Le fonds de roulement est essentiel pour assurer la stabilité financière à long terme de l’entreprise.

  • Le besoin en fonds de roulement (BFR) :

    Le besoin en fonds de roulement représente les besoins financiers liés au cycle d’exploitation de l’entreprise. Il englobe les stocks, les créances clients, les dettes fournisseurs et d’autres éléments du cycle d’exploitation. Le BFR est un indicateur clé pour évaluer la capacité de l’entreprise à générer des liquidités à court terme.

  • Les flux de trésorerie :

    Les flux de trésorerie sont les mouvements d’argent entrant et sortant de l’entreprise. Ils comprennent les encaissements (ventes, subventions, emprunts…) et les décaissements (achats, salaires, impôts, remboursement d’emprunt…). La gestion des flux de trésorerie est essentielle pour maintenir l’équilibre financier de l’entreprise et éviter les tensions de trésorerie.

Comment se calcule la trésorerie ?

La trésorerie se calcule généralement comme la différence entre les encaissements et les décaissements effectués par l’entreprise.

  • Les encaissements

    correspondent aux montants d’argent qui entrent dans l’entreprise, tels que les recettes des ventes, les subventions, les emprunts, les remboursements de prêts, etc. Ces encaissements contribuent à augmenter les disponibilités en trésorerie de l’entreprise.

  • Les décaissements

    quant à eux, correspondent aux sorties d’argent de l’entreprise. Ils englobent diverses dépenses comme l’achat de matières premières, les paiements aux  fournisseurs, les salaires, les charges sociales et fiscales, les remboursements d’emprunts, etc. Ces décaissements réduisent les disponibilités en trésorerie de l’entreprise.

La trésorerie peut être calculée sur une base quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou annuelle, en fonction des besoins et des objectifs de l’entreprise. Ce calcul permet de suivre l’évolution des disponibilités de trésorerie au fil du temps et de prendre les mesures nécessaires pour optimiser la gestion de cette dernière.

Le calcul de la trésorerie peut se révéler plus complexe et nécessiter des ajustements en accord avec les particularités comptables propres à chaque entreprise. Recourir à un expert-comptable en ligne est recommandé pour une analyse et un suivi précis de la trésorerie de l’entreprise.

L’interprétation de la trésorerie 

L’interprétation de la trésorerie est essentielle pour évaluer la santé financière et la performance d’une entreprise. Elle permet de comprendre la capacité de l’entreprise à générer des liquidités, à faire face à ses obligations financières et à financer ses activités courantes.

Une trésorerie positive indique que l’entreprise dispose d’un excédent de liquidités, une situation généralement favorable. Cela signifie que l’entreprise dispose des ressources nécessaires pour honorer ses paiements, investir dans son développement et faire face à d’éventuels imprévus. Un excédent de trésorerie peut également être utilisé pour rembourser des dettes ou pour investir dans de nouveaux projets.

À l’inverse, une trésorerie négative ou déficitaire peut être alarmante, car cela signifie que l’entreprise n’a pas suffisamment de liquidités pour couvrir ses dépenses courantes. Cela peut indiquer des problèmes de gestion de trésorerie, un manque de revenus ou des coûts excessifs.Un déficit de trésorerie peut entraîner des retards de paiement, des difficultés à honorer les obligations financières et, à terme, mettre en péril la survie de l’entreprise.

L’interprétation de la trésorerie doit être contextualisée en fonction de la situation propre à l’entreprise et à son domaine d’activité. Par exemple, certaines industries peuvent être sujettes à des cycles de trésorerie plus longs en raison de délais de paiement clients étendus ou de modalités échelonnées de règlement fournisseurs.

Par conséquent, il est essentiel de comparer et d’analyser la trésorerie en utilisant des ratios et des indicateurs financiers pertinents, tels que le ratio de liquidité générale, le ratio de liquidité réduite ou encore le délai moyen de paiement clients et fournisseurs.

Conséquences d’une mauvaise gestion de trésorerie

Une mauvaise gestion de trésorerie peut entraîner de graves conséquences pour l’entreprise :

  • Un déficit de trésorerie, qui se traduit par un manque de liquidités pour faire face aux échéances financières.

  • Des tensions de trésorerie, qui peuvent conduire à des retards de paiement ou à des découverts bancaires coûteux.

  • Une dégradation de la solvabilité et de la confiance accordée par les partenaires financiers (banques, fournisseurs…), pouvant compromettre la croissance voire la viabilité de l’entreprise.

Équilibrage de trésorerie et excédent de trésorerie

L’équilibrage de trésorerie consiste à ajuster les ressources et les emplois de l’entreprise pour maintenir un niveau de liquidités suffisant. Un excédent de trésorerie peut être le signe d’une gestion efficace, mais aussi d’un manque d’investissement ou d’opportunités de développement. Dans ce cas, l’entreprise peut chercher à placer cet excédent sur des placements sécurisés et rémunérateurs, ou bien à le réinvestir dans des projets de croissance.

La trésorerie est un élément essentiel de la santé financière d’une entreprise. Elle doit être gérée avec rigueur et anticipation, en veillant notamment à établir un plan de trésorerie réaliste et à suivre régulièrement son évolution. Une bonne gestion de trésorerie permet d’éviter les déficits, les tensions de trésorerie et autres problèmes financiers qui pourraient mettre en péril l’activité de l’entreprise.

Outils et techniques de gestion de trésorerie

Pour assurer une bonne gestion de sa trésorerie, l’entreprise dispose de plusieurs outils et techniques :

  • Le plan de trésorerie

    , qui est un document prévisionnel établi généralement sur un an et détaillant mois par mois les encaissements et décaissements prévus.

  • Le suivi de trésorerie

    , qui consiste à comparer régulièrement les prévisions du plan de trésorerie avec les réalisations effectives, afin d’identifier d’éventuels écarts et de prendre les mesures correctives nécessaires.

  • La gestion des flux financiers

    , qui vise à optimiser les encaissements (accélérer les recouvrements clients, négocier des délais de paiement…) et maîtriser les décaissements (réduire les stocks, rationaliser les achats…).

Vous souhaitez en savoir plus sur la comptabilité ?

 

Tous nos articles

Comptabilité

Comment fonctionne le bilan et le compte de résultat d’une société VTC ?

Lire la suite
Comptabilité

Les déclarations en auto-entreprise

Lire la suite
Comptabilité

Les livres obligatoires des auto-entreprises et micro-entreprises

Lire la suite